13 mars 2018

La Ghouta orientale : symbole de sept ans d’horreur en Syrie

En sept ans, en moyenne 100 personnes ont été tuées chaque jour en Syrie. La situation est plus désastreuse que jamais. Dans la Ghouta orientale, les bombardements continuent de cibler les populations et infrastructures civiles. L’ONG CARE et ses partenaires syriens témoignent de l’horreur de cette guerre qui semble ne jamais prendre fin.

En Syrie, des millions de personnes sont en proie aux bombardements, aux sièges, à la peur et à la faim. Le pays est le théâtre d’une nouvelle escalade de violence sanglante : en trois semaines, plus de 1 100 civils ont été tués sous les bombardements dans la Ghouta orientale. Dans cette région assiégée depuis 2013, la situation est dramatique : il n’y plus d’eau potable, presque plus de nourriture, les maisons sont détruites et aucune évacuation médicale n’est autorisée.

« Nous pensons juste à rester en vie. Mais si quelque chose devait nous arriver, nous préférons mourir que d’être blessés. C’est plus facile de mourir. Il n’y a aucune aide médicale, aucune évacuation et les hôpitaux sont détruits », alerte Salam*, habitante de la Ghouta orientale.

Il ne reste plus que des ruines dans la Ghouta orientale. Depuis des semaines, les civils et les humanitaires sont obligés de vivre dans des abris souterrains insalubres et surpeuplés.

« La situation est si difficile. Dans le refuge où nous sommes, il y a 5 ou 6 familles. Beaucoup ont été déplacées plusieurs fois par les combats. Certains jours nous n'avons rien d’autre qu’un peu de pain parce que nous ne pouvons pas quitter l'abri pour chercher de la nourriture. Notre réserve d’eau s’épuise rapidement, nous devons risquer nos vies pour aller en chercher », continue Salam.

L'ONU et les ONG condamnent le manque de respect de la récente résolution du Conseil de sécurité de l’ONU qui exige la cessation des hostilités pendant au moins 30 jours consécutifs dans toute la Syrie, un accès humanitaire sans restriction aux personnes dans le besoin et des évacuations médicales pour les malades critiques et les blessés.

 « Le conflit syrien dure depuis trop longtemps, les populations sont à bout de force. La plupart des Syriens ont le sentiment que leurs vies sont détruites et que le monde entier les a abandonnés. La communauté internationale doit absolument intervenir », déclare Fanny Petitbon, responsable plaidoyer de CARE France.

En Syrie, plus de 13 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire.

*Le prénom a été modifié pour protéger l’identité de cette personne.

Contacts médias :

Des porte-paroles à Paris et dans la région syrienne sont disponibles pour des interviews. Contactez Camille Nozières, CARE France : nozieres@carefrance.org / 07 86 00 42 75 

Consultez nos derniers communiqués de presse sur la Syrie et les témoignages de nos partenaires syriens 

A propos de CARE

CARE et ses partenaires ont fourni une aide humanitaire à plus de 2,7 millions de personnes en Syrie et dans les pays accueillant les réfugiés syriens : distributions d’urgence, amélioration des conditions de vie, soutien financier et psychosocial. En Jordanie, au Liban et en Turquie, CARE travaille auprès des réfugiés et des communautés d’accueil.