27 juin 2018

Syrie. Les combats en cours dans la province de Deraa font craindre une autre catastrophe humanitaire alerte l’ONG CARE.

Amman, le 27 juin 2018 – L’offensive militaire en cours dans la province de Deraa, au sud de la Syrie, a causé d’importants déplacement de populations. Des dizaines de milliers de civils ont fui les violences vers la frontière avec la Jordanie, actuellement fermée. La situation y est déjà désastreuse et les travailleurs humanitaires peinent à répondre aux besoins grandissants, en particulier des femmes et des enfants.

« Les combats et les bombardements de zones peuplées ont provoqué la fuite de dizaines de milliers de personnes. La plupart des déplacés sont des femmes, des enfants et des personnes âgées, qui vivent maintenant dans des abris insalubres et surpeuplés. L'eau potable fait cruellement défaut. Ces personnes ont désespérément besoin d'un toit et d'eau », a déclaré Iman, une travailleuse humanitaire basée à Deraa.

Dans les régions où les combats se sont intensifiés, les travailleurs humanitaires ne sont plus en mesure de venir en aide aux populations vulnérables. Les bombardements acharnés à l'est de Deraa mettent directement en danger la vie des civils et des travailleurs humanitaires. L’une des organisations partenaires de CARE a rapporté qu’un travailleur humanitaire avait été récemment tué dans l’exercice de ses fonctions. 

 « Ce sont encore une fois les civils qui paient le prix d'une autre offensive militaire. Ce que nous avons vu à Alep, à Homs et dans la Ghouta orientale, est maintenant en train de se produire dans la province de Deraa. Les villes et les villages sont bombardés quotidiennement, les gens sont forcés de fuir et n’ont plus rien, ni eau, ni abris. CARE appelle l'ensemble des parties à prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger la vie des civils et permettre l'acheminement de l'aide humanitaire », a déclaré Wouter Schapp, directeur de CARE en Syrie. 

« Nous rappelons à toutes les parties au conflit que le droit international humanitaire exige la protection des infrastructures civiles, en particulier des écoles et des hôpitaux », a-t-il ajouté. 

Depuis le 19 juin, environ 50 000 personnes ont été déplacées dans le gouvernorat de Deraa selon les Nations Unies.

Notes aux rédactions

• Toutes les organisations de la société civile syrienne mentionnées dans ce communiqué de presse sont soutenues par CARE et ont été interviewées la dernière semaine de juin. Les noms ont été modifiés pour protéger l'identité des individus.

CARE et ses partenaires ont fourni une aide humanitaire à plus de 3 millions de personnes en Syrie et dans les pays accueillant les réfugiés syriens : distributions d’urgence, amélioration des conditions de vie, soutien financier et psychosocial. En Jordanie, au Liban et en Turquie, CARE travaille auprès des réfugiés et des communautés d’accueil. 

Contact médias

Des porte-paroles à Paris et dans la région syrienne sont disponibles pour des interviews. 

Contactez Camille Nozières : nozieres@carefrance.org / 07 86 00 42 75 

Consultez nos derniers communiqués de presse sur la Syrie et les témoignages de nos partenaires syriens