25 juin 2019

Maroc : une école de la seconde chance pour les femmes

Au Maroc, les inégalités femmes-hommes persistent, notamment dans le domaine de l’éducation. À travers ses projets dans le pays, CARE permet aux femmes d’acquérir de nouveaux savoir-faire et de développer de nouvelles opportunités professionnelles.

Au Maroc, CARE mène des projets d'éducation pour les femmes
© 2018/ Lancôme pour CARE

Des programmes d’alphabétisation pour les femmes

Partout dans le monde, CARE se bat pour que toutes les femmes aient le droit d’accéder à une éducation. Apprendre à lire et à écrire est notamment la base de tout apprentissage. Au Maroc, ce sont près de 1170 femmes qui ont participé aux programmes d’alphabétisation mis en place par nos équipes.

Ces nouvelles compétences leur permettent de développer des petites activités économiques, mais aussi d’être informées sur leurs droits. Elles peuvent ainsi subvenir aux besoins de leurs familles. 100% des femmes ayant participé aux sessions d’alphabétisation se sont dit capables de suivre la scolarité de leurs enfants à l’issue du programme. 

CARE encourage la création de coopératives de femmes

Outre les programmes d’alphabétisation, les femmes participent également à des ateliers pour développer de petites activités économiques. Dans la commune Tazart-Région, par exemple, 25 femmes ont suivi une formation de couture et produisent ensemble des tapis. Cela leur permet de participer concrètement aux revenus du foyer.

L’ensemble de ces projets est mené à bien chaque jour par nos équipes avec le soutien de nos partenaires, comme Lancôme ou la Fondation Société Générale Maroc. 

« En France comme au Maroc, nous sommes exigeants sur la bonne utilisation et l’impact des fonds que nous confions à une ONG. Et nous sommes tout à fait satisfaits du travail de CARE », explique Samia Ahmidouch, responsable de la Fondation au Maroc.