14 mai 2020

Roumanie. Dans un centre thérapeutique soutenu par CARE et SERA ROMANIA

En 2018, 60% des enfants abandonnés en Roumanie étaient en situation de handicap. Sur le terrain, CARE et son partenaire SERA ROMANIA créent des structures adaptées pour les accompagner. C'est notamment le cas à Bucarest, où un nouveau centre thérapeutique a été inauguré il y a un an. 

CARE et SERA ROMANIA luttent contre l'abandon d'enfants en Roumanie.
Un des cabinets de spécialistes dans le centre thérapeutique de Bucarest 5 © CARE

Les centres thérapeutiques et le soutien aux familles, une solution pour prévenir l’abandon

En Roumanie, la précarité est l’une des premières causes d’abandons d’enfants. Pour les enfants en situation de handicap, qui nécessitent des soins et une prise en charge adaptés et couteux, la situation est encore plus complexe. Dans le pays, CARE et son partenaire SERA ROMANIA mènent des projets pour limiter et prévenir l’abandon en créant notamment des centres thérapeutiques, où les enfants peuvent être pris en charge et suivis gratuitement par des spécialistes.

Dans l’un de ces centres, situé dans le secteur 5 de Bucarest et inauguré au printemps 2019, ce sont plus de 90 enfants par mois qui sont accueillis par une dizaine de spécialistes. Rien que dans ce secteur de la capitale, près de 1000 enfants sont enregistrés avec un certificat de handicap.

En plus de prendre en charge les enfants, le centre soutient les familles, qui n’ont parfois pas de diagnostic et ne savent pas comment gérer au quotidien le handicap de leur enfant. Grâce au centre, elles sont accompagnées et rassurées et le handicap est pris en charge. 

« Vu le nombre important d’enfants en situation de handicap, le taux de chômage et la précarité à laquelle font face de nombreuses familles, la création de ces centres thérapeutiques s’impose comme une nécessité pour prévenir les abandons. Nous sommes présents pour donner des conseils et informer la famille sur le handicap », explique Catalin, directeur du centre. 

Les centres thérapeutiques soutenus par CARE et SERA ROMANIA permettent la prise en charge des enfants en situation de handicap.
Cécile Tissot de CARE France et l'équipe du centre thérapeutique en mai 2019 © CARE

Des traitements adéquats pour les enfants

Le centre accueille chaque jour des enfants âgés de 0 à 18 ans, en situation de handicap moteur ou neuropsychique, en difficulté sociale et/ou médicale.

Les enfants reçus y bénéficient d’abord d’un diagnostic approfondi afin d’évaluer leur handicap et son degré et de leur proposer un parcours de soin adapté. Pour le personnel soignant, la communication et la prise en compte des besoins de l’enfant sont primordiaux.

« Toutes ces thérapies ont pour objectif l'augmentation de la qualité de vie des enfants. C’est important d’établir avec eux des relations basées sur la confiance et la compréhension mutuelle et de rechercher une progression pour eux au quotidien », affirme Catalin.

« Grâce à des séances assurées par des spécialistes (kinésithérapeute, psychologue, pédiatre, neurologue, orthophoniste, etc), les enfants apprennent ainsi à mieux vivre leur handicap et gagnent en autonomie. Et ça, c’est une victoire pour nous ! À terme, le but est de réduire l’impact du handicap sur leur vie et celle de leur famille et encourager leurs interactions sociales, » nous confie t-il.

Au cours de ces 10 dernières années, CARE et SERA ROMANIA ont construit ou réhabilité 13 centres thérapeutiques dans 12 départements différents de Roumanie. Et nous comptons bien étendre ces projets à l’ensemble du pays ! Dans le département de Tulcea, SERA ROMANIA développe un concept de centre thérapeutique sur bateau. L’objectif sera de permettre aux équipes d’aller à la rencontre des enfants en situation de handicap des zones très peu accessibles par la route.

Nos actions en Roumanie

Depuis 2003, CARE France soutient le travail de SERA ROMANIA auprès des enfants et des familles vulnérables. SERA œuvre pour faire respecter le droit de chaque enfant à grandir dans une famille et développe des programmes d’inclusion sociale, de prévention de l’abandon, d’alternatives à l’institutionnalisation.

Ensemble, nous avons déjà aidé plus de 85 000 enfants vulnérables.