02 juin 2020

Au Kenya, les enfants réfugiés continuent à étudier malgré le confinement lié au Coronavirus

En raison de la pandémie de Covid-19, toutes les écoles du Kenya sont fermées depuis le 16 mars dernier. Une situation qui pourrait s’avérer tragique en cas de décrochage scolaire massif. Dans le camp de réfugiés de Dadaab où agit CARE, des professeurs ont trouvé une solution originale. Découvrez laquelle !

Au Kenya, CARE aide les enfants à rester à l'école malgré le covid-19
© CARE

Pour éviter le décrochage scolaire, les professeurs se sont improvisés animateurs radio.

Désormais le matin, c’est le son de Radio Gargaar qui résonne dans le camp de Dadaab.

"Comment épelez-vous les mots suivants : priorité ; gouvernement ; avocat ?", demande Amina, penchée sur le micro de Radio Gargaar.

En quelques secondes, le téléphone de la salle de contrôle se met à sonner. Mohammed appelle pour donner sa réponse, suivi de Fatma, Hassan et Khadija.

Amina est professeure d’anglais et de swahili dans l’une des écoles de Dadaab situé dans l’Est du Kenya. Ce camp compte plus de 217 000 réfugiés, la plupart somaliens. Depuis la fermeture des écoles au Kenya à cause de la pandémie, Amina et ses collègues soutenus par CARE animent une radio un peu spéciale : Radio Gargaar, une station pour suivre l’école en direct.

« Les réfugiés somaliens aiment écouter la radio pour savoir ce qu’il se passe dans leur pays d’origine, donc les familles ont en général un poste qu’elles peuvent écouter. Nous avons donc décidé de donner des cours à la radio pour que les enfants de chaque coin du camp puissent continuer à étudier », explique Amina. 

Parce que l’école leur permet de construire leur avenir.

L’éducation est un véritable tremplin pour sortir de la pauvreté, notamment pour les filles.

Durant cette pandémie, de nombreux enfants réfugiés ont vu leur éducation perturbée et leur rêve d’avenir compromis. C’est pourquoi Amina n’a jamais cessé d’enseigner.

« Les réfugiés savent à quel point une interruption de l'éducation est dévastatrice. Ils en ont fait l'expérience tout au long de leur vie. Ils savent que l'éducation est la clé pour avoir un meilleur avenir, surtout les filles », déclare Eujin, porte-parole du HCR (Haut Commissariat des Nations unies), qui soutient CARE au Kenya.

Pour attirer l’attention des élèves et les encourager, Amina propose aux enfants de participer en direct pour un enseignement interactif. Une réussite ! Désormais, les enfants se prêtent au jeu et n’hésitent plus à appeler pour répondre aux questions d’Amina.

« Ils sont cette soif d’éducation… Les enfants sont très attentifs, les leçons se passent toujours bien. Ils participent beaucoup ce qui rend la classe interactive et joyeuse », raconte Amina.

Amina reconnaît que les enfants ont une courte durée d'attention, ce qui peut rendre difficile l'apprentissage par la radio, mais elle les encourage toujours à prendre leurs études au sérieux et surtout en ce moment.

« C'est seulement l'école qui est fermée, pas l'apprentissage et la révision, et pas vos livres », leur rappelle-t-elle à l'antenne.

Soutenez nos actions pour les plus vulnérables face au Coronavirus !

Depuis le début de l'épidémie, nos équipes travaillent sans relâche pour soutenir les populations les plus vulnérables face à la pandémie du Coronavirus. Et nous avons besoin de vous ! 

  • Avec un don de 100€, soit 25€ après déduction fiscale, vous nous permettrez d'installer deux distributeurs d'eau et de savon.
  • Avec un don de 150€, soit 37,50€ après déduction fiscale, vous nous permettez de distribuer 20 litres d'eau à 300 personnes qui en sont privées. 

Sans vous, rien ne serait possible ! Restez mobilisés à nos côtés pour sauver des milliers de vies : faites un don !