26 août 2021

L’éducation est une clé indispensable pour se construire un avenir et sortir de la pauvreté. Pourtant, des centaines de millions d'enfants en sont privés chaque année dans le monde. Un poids qui les suivra jusque dans leur vie d’adulte. En ce mois de rentrée scolaire, découvrez 3 actions de CARE pour soutenir l’éducation !

jeunes écolières souriantes en Inde soutenues par CARE
© CARE
Projet d'apprentissage accéléré en Inde

Rendre l’école accessible à tous les enfants

Environ 260 millions d’enfants n’étaient pas scolarisés dans le monde fin 2018, selon l’ONU.

Et la pandémie de Covid-19 a encore creusé ce fossé, éloignant des millions d'enfants supplémentaires de l'école. En cause ? La pauvreté, qui empêche les familles de payer l’école ou les oblige à faire travailler leurs enfants pour survivre. Pour les filles, les pratiques sexistes et les traditions s’ajoutent, les destinant à un avenir loin de l’école et de la liberté. 

« Avant, mes parents ne payaient que les frais de scolarité de mon frère. Pour eux, en tant que fille, ce n’était pas important que j’aille à l’école » , se souvient Shylet, 12 ans, au Zimbabwe.

C’est pourquoi les équipes de CARE se battent partout dans le monde pour le droit à l’éducation, en particulier des filles. Comment ? En réhabilitant des écoles et, en formant des professeurs. Nous soutenons aussi, les familles précaires pour qu'elles puissent envoyer leurs enfants à l'école et sensibilisons aux droits de l'enfants et à l'égalité des genres. 

Donner une chance à celles et ceux qui ont dû abandonner l’école

À l’origine de l’abandon scolaire ? Mariages précoces, pauvreté, guerre...

Des millions de jeunes n’ont pas eu la chance de terminer leur scolarité et acquérir les connaissances suffisantes pour se construire l’avenir dont ils rêvaient. Les filles en particulier, souvent déscolarisées pour être mariées avant leur majorité.

« [Aujourd’hui] je suis heureuse de retourner en classe et je suis fière de moi. J’avais dû abandonner l’école car je suis tombée enceinte. Plus tard, je veux travailler, gagner de l’agent pour pouvoir construire une maison et avoir ma propre ferme »  raconte Wichayada en Thaïlande.

Pour offrir à ces jeunes les compétences suffisantes pour s'accomplir, CARE met en place des programmes d'apprentissage accélérés dédiés aux enfants et jeunes marginalisés, déplacés par des conflits ou encore aux adolescentes mariées... Des formations destinées à leur fournir les connaissances essentielles et la confiance nécessaire pour réaliser leurs ambitions. 

Consolider les compétences professionnelles

Être privé d’école est un fardeau à porter toute sa vie.

Imaginez ne pas pouvoir lire un panneau ou une ordonnance, ne pas savoir compter... Toutes ces difficultés sont des freins à l’insertion professionnelle mais pas que...

« Aujourd’hui, nous soutenons des mobilisations et protestons contre les injustices faites à l’encontre des femmes. Je suis fière d’avoir obtenu mon certificat du groupe d’alphabétisation. Car sans éducation, nous n’avons pas d’opportunités », affirme fièrement Catarina au Guatemala.

Dans le monde, CARE met en place projets d'alphabétisation pour adultes et des formations professionnelles. Le but ? Permettre à tous et à toutes de réaliser ses aspirations professionnelles, créer des activités génératrices de revenus mais aussi avoir les clés nécessaires pour se battre pour ses droits !

L'éducation pour toutes et tous, un droit fondamental.

Dans le monde, 260 millions d'enfants et d'adolescents sont privés de leur droit à l'éducation. 

C’est pourquoi, CARE encourage l’accès à l’éducation, notamment des filles, et défend les droits de tous les enfants pour qu'ils puissent acquérir la confiance en soi et les aptitudes dont ils auront besoin toute leur vie. Nos équipes sensibilisent les communautés et les pouvoirs publics à l'importance d'une éducation pour tous et toutes et défendent la défend la mixité sexuelle et sociale ainsi que l'adaptation des cursus scolaires aux différences culturelles et linguistiques.