“Arrêtez la guerre. Nous voulons vivre”, plaide Salwa, mère de famille palestinienne

« Il devient dangereux d’aller chercher du pain. Aujourd’hui, une frappe aérienne a eu lieu près de l’endroit où je me trouvais. De nombreuses personnes ont été blessées alors qu’elles faisaient la queue pour acheter du pain. J’ai eu de la chance aujourd’hui, mais cela m’a fait comprendre que nous ne sommes en sécurité nulle part. Le risque est très élevé, car les frappes aériennes peuvent se produire n’importe où » , a déclaré lundi 30 octobre Ahed Abu Tayyem, membre de CARE à Gaza et en Cisjordanie.

Près de 9 500 personnes ont été tuées, dont 3 900 enfants et plus de 2 400 femmes, selon le ministère de la Santé palestinien. Plus de 23 000 blessés nécessitent des soins immédiats dans des hôpitaux débordés. Salwa, membre de notre équipe à Gaza, a suivi l’ordre d’évacuation et a fui vers le sud de Gaza avec sa famille, en espérant être en sécurité. Mais des attaques surviennent en continu sur l’ensemble de Gaza, y compris dans cette région du sud.

« Tout ce qui est nous est vital a disparu. Qu’il s’agisse d’un lieu sûr, d’eau potable, de nourriture, de vêtements, de couvertures, de couches : nous n’avons plus accès à toutes ces choses primordiales » , témoigne Salwa, membre des équipes de CARE. Depuis leurs abris dans le sud de Gaza, les équipes de CARE parlent d’une situation insoutenable. D’importantes infrastructures ont été détruites et il y a un manque d’eau potable, d’électricité et de médicaments. Les maladies se propagent rapidement dans les abris surpeuplés.

La situation à Gaza va à l’encontre du droit international

“Le message que je souhaite faire passer au monde, c’est d’arrêter cette guerre. Nous aimons la vie et nous voulons vivre.”

Salwa Tibi, mère de 2 enfants, membre des équipes de CARE

Ahed Abu Tayyem est père de famille palestinien. Comme Salwa , il a fui avec sa famille vers le sud de Gaza. « Lorsque nous sommes partis, je n’ai pris que mon sac à dos, qui est toujours prêt depuis les conflits précédents. Il contient nos papiers (certificats universitaires de ma femme et moi, certificats scolaires de nos enfants, actes de naissance, passeports) et un chargeur de téléphone. J’ai pris le sac à dos et j’ai porté mon fils Omar, et ma femme a porté Laura, notre fille. Elle a aussi pris les quelques vêtements qui étaient devant elle pour les enfants » , décrit-il.

Les nombreuses coupures de communication compliquent encore la vie des civils. « Imaginez les moments de terreur lors des bombardements quand nous n’avons pas de moyen de communication permettant de prendre des nouvelles de nos proches ou de demander de l’aide en cas de besoin. Il n’y a pas d’électricité, il fait si sombre partout que nous ne pouvons pas nous déplacer la nuit. Les ambulances ne savent pas où aller pour trouver les personnes ayant besoin d’aide. Elles reçoivent des cadavres de personnes qui les transportent sur un tuk-tuk, sur un âne ou sur leur dos. Même lorsqu’elles savent où aller pour secourir d’éventuels survivants, elles n’y voient rien et l’équipement lourd nécessaire pour fouiller les décombres fait défaut » , continue Ahed Abu Tayyem

Pour Ahed, Salwa et pour tous les civils piégés sous le feu des attaques, il faut un cessez-le-feu. « Chaque jour qui passe est pire que le précédent. Hier, le 2 novembre, les bombardements ont été très intenses, et ils se poursuivent chaque heure, chaque minute, voire chaque seconde. Je ne demande rien d’autre que la sécurité pour moi, mes enfants et ma famille. Je ne pleure pas ce que j’ai perdu, ni la maison, ni quoi que ce soit d’autre. Le plus important, c’est que nous puissions être en sécurité et que je puisse donner du pain et de l’eau à mes enfants » .

CARE renouvelle sa demande de cessez-le-feu

Il faut la libération immédiate et inconditionnelle de tous les civils retenus en otage. Les civils et les infrastructures dont ils dépendent – notamment les hôpitaux, les abris et les écoles – doivent être protégés.

Davantage d’aide – de la nourriture, de l’eau, des médicaments et, bien sûr, du carburant – doit entrer à Gaza en toute sécurité, rapidement et à l’échelle nécessaire, et doit atteindre les personnes dans le besoin, en particulier les femmes et les enfants, où qu’elles se trouvent. “Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour distribuer des stocks à l’intérieur de Gaza et nous sommes prêts à faire transiter davantage de produits de première nécessité depuis l’Égypte, mais à ce stade, cela ne peut pas se faire assez vite » , déclare Hiba Tibi, directrice de CARE à Gaza et en Cisjordanie.

Les civils ont besoin d’un cessez-le-feu immédiat et l’accès à l’aide humanitaire. Cela doit cesser maintenant.

Agir avec CARE face à la multiplication des crises dans le monde

  • Dans le cadre de sa réponse multi-crises, l’ONG CARE soutient les populations dans le besoin : Gaza, Maroc, Afghanistan, Soudan… Nous apportons une aide humanitaire d’urgence partout où nous sommes en capacité de le faire. Notre mandat est clair: soutenir les victimes qui en ont besoin. Nous sommes résolument apolitiques afin de garantir notre accès à ces communautés impactées.

  • En soutenant notre Fonds d’urgence, vous nous permettez d’apporter une aide vitale lors de ces crises.

En savoir plus