Bénin

Fiche projet

Début : février 2020
Fin : juillet 2022
Localisation : Communes de Djougou et Ouaké, Département de la Donga, Bénin
Budget : 315 789 €
Partenaires locaux : ONG Programme d’Insertion des Enfants Déshérités (PIED) et Equité de promotion des filles (Equi-Filles)
Financé par : Union européenne
Bénéficiaires : 25 860 bénéficiaires ciblées, dont 10 200 enfants non scolarisés ou déscolarisés, en conflit avec la loi, victimes de violences et/ou sans état civil.

CARE contribue à l’épanouissement des filles et des garçons au Bénin par la promotion de leurs droits, la lutte contre l’exploitation et les violences et l’amélioration de leurs conditions de vie.

Contexte

Les enfants, particulièrement exposés aux violences au Bénin

Au Bénin comme dans de nombreux pays, les enfants sont parmi les plus vulnérables face aux violences. Malgré les engagements de l’Etat, 91% des enfants de moins de 14 ans ont vu leurs droits violés, ont été exploités ou ont subi des violences physiques et psychologiques entre 2017 et 2018

Des violences aux origines multiples

Parce qu’il y a un manque de connaissance de ces droits et des possibilités juridiques qui s’offrent aux victimes, les cas de violences sont peu dénoncés et les auteurs ne sont pas condamnés. 

Cette impunité est renforcée par un manque d’application des lois qui protègent les enfants, par la précarité des familles touchées et par le faible taux d'enregistrement des naissances dans certaines régions, processus qui octroie une existence légale aux nouveau-nés.

Un taux de violences élevé dans le département de la Donga

Les violations des droits des filles et des garçons sont très répandues dans le département de la Donga qui fait face, plus que le reste du pays, à la pauvreté et à une faible scolarisation. Sur les communes de Djougou et Ouaké, 25% des filles âgées de 15 à 19 ans sont mariées et nombreuses sont celles qui ont subi le traumatisme des mutilations génitales. 

Objectif

Contribuer au respect des droits des enfants et à la lutte contre les violences, la traite et l’exploitation dont ils peuvent être victimes dans le département de la Donga au Bénin. 

Activités

  • Sensibiliser les populations aux droits de l’enfant : matériel de communication, organisation de sessions de sensibilisation auprès de différents acteurs (enfants, parents, leaders et élus locaux) aux droits de l’enfant et à la lutte contre la traite et l’exploitation.
  • Soutenir les enfants victimes de violences : aide à 100 enfants victimes (aide alimentaire, médicale, psychologique, etc), formation des acteurs impliqués dans la surveillance, le signalement et la réinsertion des victimes.
  • Encourager l’accès des enfants à la justice : soutien juridique à 50 filles et garçons en conflit avec la loi par des mesures appropriées, renforcement des mécanismes de prise en charge (cliniques juridiques).
  • Encourager l’enregistrement des naissances à l’état civil : mise en place d’un logiciel adapté dans les communes de Djougou et Ouaké, formation des agents à son utilisation, mobilisation de collectifs communautaires pour faciliter le processus d’enregistrement des enfants à l’état civil.
La lutte contre la pandémie du COVID-19

Dans le cadre de la réponse à la pandémie de Covid-19, le projet « Ko Hatchi » met également en place des activités de prévention auprès des populations.

  • Prévenir l’épidémie : acquisition d’équipements (type dispositifs de lavage des mains), distribution de kits de protection pour les communautés, et mise en place d’une surveillance épidémiologique communautaire (formation de leaders locaux aux gestes barrières, aux symptômes du virus afin qu’ils puissent référer des cas suspects aux autorités compétentes).
  • Sensibiliser les populations : élaboration de matériel de sensibilisation, animation d’émissions radio pour informer les communautés.