Liban

Liban : renforcement des moyens de subsistance pour les personnes affectées par la crise syrienne

Fiche projet

Début : avril 2017
Fin : mars 2020
Budget : 2 485 000 EUR, dont 912 630 EUR gérés par CARE
Partenaires locaux : OXFAM (lead), LPHU, Makhzoumi Foundation, CBM Australia
Bénéficiaires : 12 360 bénéficiaires directs, 61 800 indirects. Les bénéficiaires seront des réfugiés syriens ainsi que des membres vulnérables des communautés hôtes, en priorité les femmes et les personnes vivant avec un handicap.

Depuis le début du confit syrien, près d’1,5 million de personnes ont fui vers le Liban, où elles représenteraient désormais un tiers de la population. Cette extrême pression démographique épuise les ressources et accroît la pauvreté tant des réfugiés que des populations hôtes. Face à cette situation intenable, l’accès à la formation et au travail pour tous est une priorité.

Contexte :

Au terme de 6 ans de conflit, la moitié de la population syrienne a quitté son foyer. À lui seul, le Liban accueille environ 1,5 million de réfugiés syriens, pour une population estimée à 4 millions d’habitants. En majorité, les réfugiés s’installent dans les zones urbaines ou sont logés chez des Libanais-es. De fait, avec un tiers d’habitants supplémentaires, la pression sur les ressources du pays devient intenable à la fois pour les réfugiés et pour la population libanaise. L’accès aux produits de première nécessité, mais aussi à l’emploi, est de plus en plus difficile. Face à cette raréfaction des ressources, la pauvreté explose et les tensions sociales se renforcent.

Ce projet s’adresse à la fois aux réfugiés syriens et aux communautés qui les accueillent. Il a pour objectif de renforcer les compétences professionnelles des demandeur-se-s d’emploi afin de favoriser leur accès au marché du travail. Par ailleurs, le projet cible également les responsables d’entreprises, en les sensibilisant à l’amélioration des conditions de travail et en favorisant le recrutement de personnes originaires de Syrie via du conseil sur les pratiques de gouvernance.

Agir sur l’emploi, c’est non seulement détendre les tensions sociales qui croissent avec la pauvreté, mais également rompre avec des pratiques néfastes pour la santé, l’éducation, la sécurité des réfugiés et de la population libanaise.

Objectif :

Contribuer à l’autonomie et à la résilience économique de 10680 individus affectés par la crise syrienne, y compris 8 % de femmes en situation de risque et 8 % de personnes handicapées, à travers des activités de renforcement des moyens de subsistance et de protection.

Activités :

  • Coordonner les demandes de chercheur-se-s d'emploi, en s'assurant que ces personnes correspondent aux critères de sélection du programme de développement des compétences.
  • Orienter les candidat-e-s vers les formations et emplois appropriés.
  • Élaborer un programme de formations professionnelles, en impliquant le secteur privé (40 heures de classe théorique et deux mois de formation en entreprise, entreprises sociales et organisations de la société civile (OSC)) qui tiennent compte des besoins spécifiques des femmes à risque et des maladies professionnelles.
  • Mettre en œuvre les formations professionnelles. Placer 25 étudiant-e-s en formation professionnelle et / ou en apprentissage conformément à leur programme d'études.
  • Élaborer des critères de sélection pour les recrutements prévus par les 100 entreprises qui seront soutenues.
  • Sélectionner et assister les entreprises, notamment dans le renforcement de leurs capacités.