Cameroun

Redressement économique et social et lutte contre l’insécurité alimentaire au nord Cameroun (RESILIANT)

Fiche projet

Début : juillet 2017
Fin : juillet 2020
Localisation : Région du Nord et l’Extrême Nord
Budget : 13 650 000 €
Partenaires locaux : UNOADD, AJED-MR, TAMMOUNDE, Croix Rouge Camerounaise, CRAAD et SAHELI
Financé par : Union européenne
Bénéficiaires : 206 183 bénéficiaires directs et 1 370 226 bénéficiaires indirects

Ce projet vise renforcer la sécurité nutritionnelle et augmenter les ressources économiques des populations vulnérables. CARE améliore l’accès aux services de base, à l’alimentation et facilite une meilleure gestion des ressources naturelles.

Contexte

Une région d’accueil pour les populations déplacées par les violences

Le nord du Cameroun connait aujourd’hui une situation humanitaire dramatique. Le conflit dans la région du bassin du lac Tchad a causé des déplacements massifs de réfugiés nigérians et déplacés camerounais. Le conflit en République centrafricaine est également à l’origine de milliers de réfugiés. 

Un contexte économique et sanitaire difficile

10,7 millions ont besoin d’une aide humanitaire dont 3,3 millions dans le nord du Cameroun.

La détérioration du contexte socioéconomique a augmenté l’insécurité alimentaire, la malnutrition et la vulnérabilité aux épidémies. Les services de base (eau et assainissement, système de santé) étaient déjà faibles et les opportunités économiques sont rares.

Objectifs

Renforcer la résilience des populations vulnérables à l’insécurité nutritionnelle au nord Cameroun tout en contribuant à la cohésion sociale.

Activités

Répondre aux besoins en matière sanitaire et nutritionnelle :

  • Améliorer l’accès à l’eau, à l’hygiène et l’assainissement (gestion, suivi et entretien des infrastructures ainsi que la qualité de l’eau), et aux soins.
  • Améliorer les connaissances nutritionnelles des familles. 

Développer des opportunités économiques pour les populations :

  • Mettre en place de cadres de gestion des ressources naturelles et renforcer la gestion durable des terres.
  • Soutenir l’agriculture et l’élevage : renforcer l’accès aux semences, aux équipements et petits ruminants, formations aux techniques et création de Champs Ecoles Paysans.
  • Identifier les chaines de valeurs porteuses (dotation en équipements, développement de structures de stockage, transformation et commercialisation) et créer des opportunités d’emploi (développement d’activités génératrices de revenus et Associations Villageoises d’Epargne et de Crédit).

Renforcer la gouvernance locale : renforcement des compétences des communes et du système d’alerte précoce (SCAP) pour la gestion des crises et/ou catastrophes et capitalisation des leçons.