Yémen

Lutte contre le choléra et renforcement de l’accès à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement

Fiche projet

Début : janvier 2019
Fin : juin 2021
Localisation : district de Dimnat Khadir, gouvernorat de Taizz, au Yémen
Budget : 614 758 €
Financé par : Centre de Crise et de Soutien du Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères
Bénéficiaires : 42 000 personnes dont plus de la moitié sont des enfants

Au Yémen, le manque d’accès à l’eau a des conséquences dramatiques pour les populations. CARE agit sur place pour leur mettre l’accès à ce bien essentiel.

Contexte

La crise humanitaire la plus grave du monde

Après quatre années de conflit continu, la crise humanitaire au Yémen est considérée comme la plus grave du monde. Environ 80% de la population (24 millions de personnes) ont besoin d'assistance humanitaire et de protection en 2020. Le nombre de personnes ayant besoin d’une aide d’urgence a augmenté de 84% depuis le début du conflit en 2015.

Des besoins accrus dans le domaine de l’eau, l’hygiène et l’assainissement

17,8 millions de personnes ne parviennent pas à répondre à leurs besoins en termes d’accès à l’eau et d’hygiène. 

Cela a pour conséquence la prolifération des maladies transmissibles d'origine hydrique, notamment le choléra, ainsi que des phénomènes de malnutrition aigües, causant des centaines de milliers de malades chaque année. Les personnes déplacées vivant dans des camps informels sont particulièrement exposées à ces risques. 

La pandémie de Covid-19 et l’impossibilité de respecter les gestes barrière comme le lavage de mains, accroit les risques de contaminations. 

Objectif

Permettre l’accès à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement aux populations les plus vulnérables et réduire les maladies d’origine hydrique  

Activités

  • Améliorer l’accès à l'eau potable : réhabilitation de 5 réseaux d’eau (puits, pompes à eau motorisées, réservoirs d’eau et de stockage).
  • Améliorer l’accès aux services d'assainissement et d’hygiène : réhabilitation de 160 latrines. 
  • Sensibiliser aux bonnes pratiques d’hygiène : formation de 50 bénévoles communautaires pour animer des sessions de promotion de l’hygiène (y compris prévention du choléra), campagnes de nettoyage et de gestion des déchets, distribution de 2200 kits d’hygiène.