CARE donne aux communautés les moyens d’analyser les risques, de comprendre les conséquences des dérèglements climatiques et d’adopter des approches efficaces d’adaptation.

L'association CARE lutte contre les impacts du changement climatique
10 % de la population mondiale habite désormais dans une zone menacée par la montée des eaux, du fait du changement climatique. © Cyril Le Tourneur d'Ison pour CARE

Les enjeux

Le nombre de catastrophes naturelles a doublé ces 20 dernières années, notamment du fait des impacts du changement climatique. Certains changements plus lents sont aussi en cours (sécheresses, fonte des glaciers). 10 % de la population mondiale habite désormais dans une zone menacée par la montée des eaux. Ces changements entraîneront une baisse des rendements agricoles (2 % par décennie en moyenne au cours de ce siècle) alors même que la demande mondiale va augmenter (14 % par décennie jusqu’en 2050).

Les solutions

Faciliter l'accès à l’information climatique

CARE travaille avec les communautés pour qu’elles aient accès aux prévisions climatiques afin de bâtir leur stratégie d’adaptation. 

L'association CARE aide les populations à s'adapter au changement climatique
Au Pérou, CARE améliore la résilience au changement climatique des communautés les plus vulnérables grâce à la promotion des cultures traditionnelles et résistantes aux aléas climatiques. © CARE

Gérer les ressources naturelles de manière équitable et durable

Les moyens d’existence des populations dépendent de leur environnement. CARE les aide à développer des stratégies de résilience se basant sur leurs connaissances traditionnelles et respectueuses des ressources naturelles. 

Cela passe par : 

  • la promotion de pratiques agricoles adaptées aux changements climatiques (agro-foresterie, agro-écologie) ; 
  • l’amélioration de l’accès aux ressources, de façon équitable, et de leur contrôle. 

Réduire les risques liés aux catastrophes naturelles

CARE contribue à la construction de bâtiments plus robustes, à la mise en place de systèmes d’alerte précoce et de plans d’évacuation, à l’installation d’équipements techniques et à la publication d’informations dans les médias locaux. Un euro investi dans l’adaptation permet une économie de 4 euros pour les communautés en cas de choc.