09 décembre 2005

Tout au long de cette année, CARE a apporté son soutien à plus de 600000 victimes du tsunami. Une aide alimentaire a été apportée, de l’eau et des kits d’hygiène ont été distribués en grande quantité afin de prévenir les épidémies telles le choléra ou la typhoïde. Des abris permanents et temporaires ont été mis à disposition dans les zones les plus touchées et le nécessaire a été fait pour que les enfants retournent à l’école. CARE met en place de nombreux programmes de « Cash for Work » (argent contre travail). De cette manière, les victimes du tsunami contribuent à la réhabilitation des terrains et à la reconstruction des maisons moyennant un revenu. Cela permet aux populations de reprendre une activité et donc de relancer progressivement l’économie.

CARE a opté pour une stratégie sur le long terme. Malgré tout ce qui a déjà été accompli, l’avenir des régions touchées par le tsunami se dessinera au terme du travail de reconstruction, estimé à 5 ans environ.  Les dégâts causés par le tsunami ne se limitent à la destruction des maisons. Les administrations locales et les structures sociales ont, elles aussi, été détruites. CARE met une grande énergie dans la reconstruction et le renforcement des communautés mais aussi dans l’amélioration de la capacité des administrations locales à gérer leur reconstruction de manière autonome. Cela signifie bien plus que reconstruire des maisons. Cela signifie travailler aux côtés des organisations locales et trouver des solutions correspondant à leur contexte culturel spécifique. Cette phase de reconstruction représente donc un nouveau départ pour l’ensemble de la population.

Pour visualiser le reportage photos,