11 décembre 2012

Philippines. CARE face aux conséquences du typhon Bopha.

Alors que le bilan humain et matériel du typhon Bopha ne cesse de s’alourdir, CARE organise sa réponse pour aider les populations rescapées.

2012 /CARE

L'ampleur de l'urgence humanitaire

Le bilan humain de Bopha, le typhon le plus puissant à avoir touché les Philippines cette année, est lourd. 714 morts et 880 disparus sont aujourd’hui déplorés par le gouvernement philippin.
« Chaque année, les Philippines sont balayées par une vingtaine de tempêtes. Bopha est la 16e tempête de la saison mais comme Washi l’année dernière, ce typhon a frappé des régions normalement épargnées. La population et les autorités étaient donc moins préparées à ce type de catastrophe», explique Celso Dulce, membre de CARE Philippines et chargé de mission réduction du risque des catastrophes.

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a lancé hier, lundi 10 décembre, un appel à l'aide internationale dans le but de recueillir 50 millions d’euros pour aider les rescapés. La situation sur le terrain est en effet alarmante. Plus de 200 000 personnes sans-abri ont trouvé refuge dans des centres d’urgence. Le long des routes dévastées, des familles cherchent de la nourriture. Les systèmes d’eau et d’assainissement ayant été sévèrement endommagés, la population n’a plus accès à l’eau potable. Il est aujourd’hui dangereux d’utiliser l’eau pour la toilette ou pour laver la vaisselle et les vêtements.

La réponse de CARE
Pour aider les populations, CARE organise son action en collaboration avec ses partenaires locaux. CARE prépare des distributions de matériels d'hébergement d'urgence et d’équipements sanitaires de base. De l’eau et de la nourriture seront également apportées dans les centres d’évacuation et parmi les communautés isolées.

CARE, présente avant Bopha dans les régions d’Agusan del Sur et la Vallée de Compostela, va également poursuivre ses actions afin de réduire la vulnérabilité des populations aux catastrophes naturelles sur le long terme. « Les provinces les plus touchées par Bopha sont également celles qui font face à de fortes dégradations environnementales du fait d’importantes exploitations minières et forestières. Les effets du typhon ne vont pas arranger la situation sur le long terme », craint Celso Dulce.

CONTACT MEDIAS 

Laury-Anne Bellessa
        01 53 19 89 92      
bellessa@carefrance.org