L'Angola est la crise la crise la moins médiatisée de 2022

Cette année, c’est la crise en Angola – qui subit sa pire sécheresse depuis 40 ans et où près de 4 millions de personnes souffrent de la faim – qui a reçu le moins d’attention avec à peine 1 847 articles publiés dans 5 langues à travers le monde. C’est 50 fois moins que les articles annonçant la sortie du nouvel iPhone ! 

Suivent ensuite sur ce triste podium, le Malawi qui subit de plein fouet les impacts du changement climatique (avec 2 230 articles) et la République centrafricaine, engluée dans un violent conflit (avec 3 711 articles).  

Ce qu'il faut retenir sur ces crises humanitaires oubliées

  • Pour la première fois depuis la publication de ce rapport, ces 10 crises les moins médiatisées se situent toutes en Afrique. 
  • La République centrafricaine a été mentionnée 7 ans d’affilée dans ce rapport, soit depuis que nous le publions. 
  • L’impact majeur du changement climatique : les dix pays figurant sur la liste ont tous été touchés par des catastrophes liées au climat. Et 6 de ces 10 crises humanitaires sont directement liées au changement climatique. Les impacts du changement climatique exacerbent la pauvreté, l’insécurité alimentaire et la faim. 
  • L’an dernier, dans notre rapport mettant en avant les crises les moins médiatiques de 2021, l’Ukraine figurait en 2ème position, cette année c’est la crise qui a obtenu le plus d’attention. 
  • La couverture de ces crises “oubliées” a augmenté de manière générale :  les 10 crises présentes dans le rapport cette année (66 723 articles au total) ont fait l’objet de trois fois plus d’articles que les crises évoquées dans le rapport de l’année précédente (19 146 articles au total).  

Pourquoi faut-il parler des crises humanitaires ?

« Comme chaque année, ce que nous voulons avec ce rapport c’est inviter le public et les médias à réfléchir leurs choix, dans ce qu’ils décident de mettre à la une ou dans l’information qu’ils consomment. Car d’une certaine manière, nous avons toutes et tous notre rôle à jouer », alerte Fanny Petitbon, responsable du plaidoyer de l’ONG CARE.

Dans le cadre d’une crise humanitaire, la visibilité est primordiale. C’est l’un des principaux leviers qui va permettre de récolter des fonds et de venir en aide aux populations, mais aussi d’obtenir des engagements politiques et financiers des responsables politiques. Nous avons pu le constater avec la crise en Ukraine qui figurait dans ce classement l’an dernier : l’escalade du conflit a été énormément relayée par les médias, ce qui a entrainé un élan de générosité incroyable.

Les Nations unies ont récemment mis en garde contre la crise alimentaire sans précédent en Afrique, exacerbée notamment par le changement climatique. Nous en voyons l’ampleur tous les jours dans notre travail : les champs s’assèchent, le bétail meurt, des parents sautent des repas pour que leurs enfants puissent manger à leur faim, des familles doivent fuir parce qu’elles ne trouvent ni nourriture ni eau. Face à cette situation dramatique, il est d’autant plus inquiétant que la détresse des populations, qui subissent des chocs de plein fouet ou voient leurs moyens de subsistance mourir à petit feu, soit à peine relayée. Si nous continuons à détourner le regard, les conséquences seront désastreuses.

Les 10 crises les moins médiatisées de 2022 

  • Angola : le pays connait sa pire sécheresse depuis 40 ans. 3,8 millions de personnes n’ont pas assez à manger. 114 000 enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition. 
  • Malawi : 5,4 millions de personnes souffrent d’insécurité alimentaire. 37% des enfants sont malnutris.  
  • RCA : 3,1 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire. 71% de la population vit sous le seuil de pauvreté.  
  • Zambie : plus de la moitié de la population vit avec moins de 1,90 euros par jour.  
  • Tchad : le pays a le deuxième taux de mortalité maternelle le plus élevé au monde. 1,7 million d’enfants souffrent de malnutrition aiguë.  
  • Burundi : plus de 50 % des enfants souffrent de malnutrition. 1,8 million de personnes ont besoin d’une aide humanitaire. 
  • Zimbabwe : la crise climatique exacerbe les pénuries alimentaires. La moitié de la population vit dans une extrême pauvreté. 7 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire. 
  • Mali : 7,5 millions de personnes, dont 3,9 millions d’enfants, ont besoin d’une aide humanitaire. Le pays a le huitième taux de mortalité infantile le plus élevé au monde.  
  • Cameroun : près d’un million de personnes sont déplacées à l’intérieur du pays. Le pays a vécu une forte augmentation de la violence armée liée à des conflits et 3,9 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire. 
  • Niger : près de la moitié des enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition chronique. 4,4 millions de personnes souffrent d’insécurité alimentaire aiguë. 

Contact médias : Des porte-paroles sont disponibles pour des interviews. Contactez Camille Nozières : nozieres@carefrance.org,   07 86 00 42 75

En savoir plus : Pour lire le rapport en intégralité (en anglais) cliquez ici.

En savoir plus